Le métier de conseiller financier est un métier qu’on rencontre souvent dans les établissements financiers tels que les banques, les sociétés de gestion de patrimoine, mais on trouve aussi des conseillers financiers indépendants. En quelques mots, le conseiller financier est la personne qui gère en quelque sorte votre argent à votre place. Pour ce faire, il suit le mouvement de votre patrimoine financière tout en vous conseillant sur les placements et les autres opportunités qui pourraient vous intéresser. Quelques détails à propos du conseiller financier indépendant.

La rémunération du conseiller financier indépendant dépend du résultat

Aujourd’hui, être conseiller financier indépendant est tout à fait possible. La première distinction à faire avec un conseiller financier salarié, c’est que la rémunération de l’indépendant se fait en fonction des résultats qu’il obtient à la suite d’une consultance faite par un client. D’ailleurs, plusieurs cabinets indépendants exercent dans le domaine, et l’on peut même en compter des milliers œuvrant dans la gestion de patrimoine.

Ses actions ne sont pas ordonnées par des objectifs prédéfinis

Mais en tant qu’indépendant, le conseiller financier ou consultant en finance est tout d’abord détaché de toute forme d’objectifs que leurs supérieurs hiérarchiques peuvent lui soumettre. C’est un consultant. Il n’est lié à aucun résultat de vente préfixé par son hiérarchie, qui est cadré généralement par l’écoulement d’un certain nombre de produits financiers dispensés au niveau de l’institution financière où il travaille, comme ce qui est le cas des conseillers financiers travaillant auprès des banques par exemple.

L’objectif du conseiller financier indépendant consiste à satisfaire son client

Ses objectifs s’articulent plutôt sur deux points : opter pour les meilleures options qui soient en ce qui concerne le placement financier de ses clients, et acquérir le maximum de clientèle pour aspirer à une meilleure rétribution de son travail. Le choix des produits qu’il peut de ce fait proposer à son client est très large, vu qu’il n’est pas limité par les produits disponibles auprès d’une seule institution financière.

satisfaction des clients

Par conséquent, le conseiller financier indépendant doit être au courant de toutes les informations économiques et financières au niveau national qu’international, pour éclairer son client et mieux argumenter ses propositions de placement. Il ne doit en aucun cas prendre position par rapport à tel ou tel produit, et il ne doit hésiter à relater les points forts et les points faibles du ou des produits qu’il propose. En quelques mots, il se doit d’être honnête, intègre, neutre et cela en primant l’intérêt de son client.

Un emploi qui requiert des qualifications spécifiques

Mais comme tout conseiller financier, l’indépendant doit avoir toutes les qualifications requises pour être un conseiller financier. Pour cela, il devra suivre diverses formations en vue d’obtenir une maîtrise des sciences et techniques comptables et financières, une maitrise en sciences de gestion, une maîtrise en gestion de patrimoine pour ceux qui veulent surtout se spécialiser dans ce domaine, un Master 2 en sciences juridiques et financières, un Master 2 en sciences politiques option « finance », un DUT en techniques de commercialisation, un BTS en négociation et relation client… et d’autres formations en rapport avec la banque, la finance et l’assurance. Bref, c’est un métier qui ne se fait pas au hasard.

19. janvier 2015 · Commentaires fermés sur Bien choisir son assurance pour ses voyages à l’étranger · Categories: Assurance

Avant de partir en vacances à l’étranger, il convient de souscrire une assurance voyage afin de se prémunir des divers risques, comme d’éventuels problèmes de santé nécessitant d’être rapatrié en urgence.

Comprendre l’assurance voyage

Lorsque vous vous déplacez à l’étranger pour des raisons personnelles ou professionnelles, il est important de souscrire une assurance, notamment s’il s’agit d’un voyage qui peut s’étaler sur quelques mois. L’assurance voyage dépendra alors principalement du pays de destination, notamment des risques que cette destination représente. Les pays prisés du moment pour avoir un beau soleil en hiver sont le Maroc ou la Tunisie. Alors si vous deviez obligatoirement vous rendre dans l’un de ces pays, une assurance voyage sera plus que recommandée.
L’assurance voyage dépendra également de la nature et de la durée du voyage, mais aussi de la fréquence à laquelle vous voyagez au cours de l’année. Si vous voyagez souvent, il peut être intéressant de souscrire une assurance voyage annuelle, autrement une assurance ponctuelle sera suffisante.

La responsabilité civile : un must have

Parmi les garanties auxquelles vous devrez souscrire, la responsabilité civile se trouve en tête de liste. Concrètement, cette assurance servira à indemniser les tierces personnes qui peuvent éventuellement subir des dommages par votre faute au cours du voyage. On parle alors en quelque sorte d’une assurance accident. Il ne faut jamais se rendre dans un autre pays sans une assurance responsabilité civile valable, si vous ne voulez pas rencontrer de gros ennuis administratifs. Par ailleurs, vous n’aurez qu’à contacter votre assureur pour étendre la garantie multirisque en France vers les autres pays.

L’assurance annulation

Il s’agit d’une garantie qui sert à annuler votre voyage si jamais un cas de force majeur vous contraint à annuler votre voyage. Grâce à l’assurance annulation, vous n’aurez alors qu’à justifier l’annulation du voyage pour être remboursé. Par exemple, vous prévoyez d’aller faire du surf à l’étranger et pourtant vous vous cassez un bras à une semaine du départ : vous pourrez alors contacter votre assureur au plus vite afin d’annuler votre voyage et vous faire rembourser.

L’assurance rapatriement

Très importante lors d’un voyage à l’étranger notamment si le pays de destination se trouve loin du pays d’origine, la garantie rapatriement vous permet d’être rapatrié dans votre pays d’origine si jamais vous avez un accident, vous tombez malade ou si jamais vous venez à perdre la vie à l’étranger. Il s’agit d’une garantie essentielle, qui permet de faciliter les procédures administratives en cas de problèmes de santé.