Actuellement, on fait de plus en plus face à la crise foncière. Le grand problème des promoteurs immobiliers réside sur le fait d’être en manque de terrains constructibles. Ce manque de terrain touche généralement presque toutes les régions, mais à Bordeaux le marché s’effondre de plus en plus.

Quels sont les problèmes rencontrés par les promoteurs immobiliers d’aujourd’hui ?

De nos jours, on fait surtout face aux problèmes d’actualité qui ne sont autres que le manque de foncier pour construire. Etant ainsi le problème majeur des promoteurs de l’immobilier, ce thème concerne généralement le déficit des logements en France qui est un déficit foncier très important. Bien que le sujet soit une problématique à l’ordre du jour de l’offre de logements, il est à noter qu’il est crucial de le faire suivre d’une réunion entre François Fillon et les responsables de la majorité. Par ailleurs, une mesure voire des mesures extrêmes et très puissantes doivent également être mises en place concernant ce sujet de logement.

Ce n’est pas le fait de vendre à un promoteur un terrain le problème, mais le terrain à vendre à un promoteur. Autrement dit, c’est la densité des terrains constructibles disponibles qui est insuffisante. Cela ne permet pas ainsi aux promoteurs immobiliers de réaliser au mieux une opération d’investissement rentable. À cet effet, ces professionnels disposent de ce que l’on appelle Surface Hors Œuvre Nette ou SHON. À cela, le plan d’urbanisme se voit en manque et se prêtent mal à la volonté de ces promoteurs.

Un appel aux autorités fait par les promoteurs immobiliers

Face à ce manque, les promoteurs immobiliers font appels aux autorités de façon à ce que ces dernières trouvent une position de façon rapide, voire une nouvelle réglementation afin de résoudre ce problème. Pour cela, ils exposent tous les problèmes auxquels ils font face à ces dernières, à savoir le manque de foncier qui affecterait une chute importante du nombre de mises en chantier d’habitations neuves, le recul du marché de la construction et la suppression de plusieurs milliers de postes.

S’ajoute à cela la faiblesse de l’offre foncière qui provoquerait la hausse des prix, les effets secondaires qui toucheront les bailleurs sociaux et les constructions de logements en faible nombre. Par ailleurs, ses logements seront très coûteux et ainsi, ne seront plus accessibles aux ménages qui disposent d’un revenu moyen ou modeste.

Quelles sont les mesures proposées ?

Il existe actuellement grands nombres de mesures pour éradiquer ce problème. Cependant, la première reste la mise sur le marché par le gouvernement de divers terrains à bâtir par le biais des appels aux projets. Cela permet entre autre de plafonner les prix de vente des habitations. Par ailleurs, l’Etat devrait également concentrer les aides qu’il procure sur les différentes régions qui sont notamment en détresse. À cela, il y a par exemple l’Île-de-France, le Rhône-Alpes et la Paca.

En outre, les mairies des communes doivent également délivrer plus de permis de construire et la durée de taxation des plus-values sur les ventes devrait revenir à 15 ans. Par contre, d’autres points doivent être revisités, à savoir les règlements dans les domaines fonciers et immobiliers. Aussi, le volume d’aides accordés aux locataires au profit des locataires doit être diminué si leur loyer est plafonné.

Dernièrement, on a élu que le prêt à taux zéro soit maintenu encore quelques années. Egalement connu comme le PTZ, ce système est maintenu dans le neuf pour quelques communes, qu’il s’agisse de villes moyennes ou de zones rurales, où le monde qui touche l’immobilier est moins affecté.

Qu’est-ce que le prêt à taux zéro ou PTZ ?

Dans la zone française, le prêt à taux zéro est un prêt bancaire d’ordre social ou socio-environnemental, avec un taux d’intérêt qui équivaut à 0%. Créé en l’an 1995, le prêt accordé pour ce système est en fonction du revenu fiscal de celui qui emprunte. Cependant, il est à noter que ceci est justifié par un avis d’imposition. Par ailleurs, les conditions doivent également tenir compte du lieu où aura lieu l’achat immobilier.

Par ailleurs, le prêt à taux zéro est issu du gouvernement et avait pour rôle de mieux aider les français à devenir le premier propriétaire de leur résidence principale. Il s’agit également en d’autre terme une sorte d’avance remboursable qui ne dispose d’aucun intérêt. Cependant, il doit être déclaré aux services fiscaux par l’établissement de crédit, c’est-à-dire la banque ou les courtiers en prêt immobilier.

Le prêt à taux zéro, un système bénéfique récemment maintenu

En ce vendredi de mi-novembre, les députés ont voté en séance que le prêt à taux zéro ou PTZ soit maintenu. Et cela, tout particulièrement pour ce qui est du neuf en matière d’immobilier. Le prolongement du système va de deux ans et prend effet sur quelques communes en zone B2 ou C, c’est-à-dire dans quelques villes moyennes ou bien dans des zones rurales qui ne sont pas concernées par la crise de l’immobilier.

Il s’agit d’une réponse aux protestations des professionnels dans le monde de l’immobilier et des maires ruraux en ce qui concerne le projet de loi de finances pour 2018. En effet, c’est Emmanuel Macron qui s’est donné la peine de répondre à cette demande en début octobre. Pour cela, il a affirmé que le prêt à taux zéro sera encore maintenu pendant deux ans.

Un système favorisé

Pour favoriser ce système, on également veillé à ce que la quotité de prêt soit abaissée de 40 à 20% dans ces zones concernées pendant ces deux ans, c’est-à-dire pendant 2018 et 2019. Ceci a été avancé par l’amendement du rapporteur général au Budget ou LREM, Joël Giraud et par la même occasion, l’expose aux différentes communes couvertes par un contrat de redynamisation des sites de défense.

Ainsi, pour ce système, environ 6 prêt à taux zéro sur 10 (6/10) dans le monde de l’immobilier neuf font profiter à des familles vivant dans ces zones périurbaines et rurales. Pour cette fois, le prêt à taux zéro est aidé par l’Etat car c’est ce dernier qui prend en charge des intérêts pour un coût annuel de 800 millions d’euros. De ce fait, le prêt à taux zéro est accordé sous quelques conditions de ressources, aux familles qui veulent acheter une résidence pour la première fois.

21. décembre 2017 · Commentaires fermés sur Les enjeux de la Finance verte · Categories: Economie

Dans un monde où le réchauffement climatique se fait de plus en plus menaçant, tous les secteurs se doivent d’apporter leur contribution pour la préservation de notre environnement. La Finance verte va tout à fait dans ce sens et continue à connaître une croissance des plus positives. Zoom sur les enjeux de la Finance verte.

Qu’est-ce que la Finance verte ?

Dans la finance verte, on retrouve toutes les opérations financières qui ont pour objectif de favoriser la transition énergétique et d’apporter des solutions au problème du réchauffement climatique. depuis sa création, ce marché a connu un développement considérable, et cette tendance continue à être à la hausse.

En effet, les institutions financières sont obligées de s’adapter à la montée des risques climatiques et aux évolutions du cadre réglementaire. Pour atteindre ses objectifs, la Finance verte compte sur son outil principal, les Green bonds (obligations vertes). Il s’agit d’obligations dont les émissions sont destinées à financer les initiatives visant à lutter contre le réchauffement climatique, et aussi à assurer la transition énergétique.

Les investisseurs ont d’importants rôles à jouer dans ce type de finance : ils peuvent se baser sur les « fonds verts » pour sélectionner des entreprises sur les critères environnementaux. Ils peuvent également décider de désinvestir les entreprises les plus émettrices de gaz à effet de serre, après avoir mesuré l’empreinte carbone de leurs portefeuilles. Il leur est cependant possible de dialoguer au préalable avec ces entreprises, afin que ces dernières respectent les lignes directrices de l’accord de Paris.

Quels sont les enjeux de la Finance verte ?

Inscrite dans le cadre de l’Investissement Responsable (IR), la Finance verte se donne pour objectif d’encourager les investisseurs, les entreprises et les financiers à respecter les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), et à leur accorder autant d’importance qu’aux critères purement financiers.

La maîtrise des enjeux liés à la transition énergétique pour les acteurs financiers permet d’adopter une politique climat adaptée à la situation environnementale actuelle, et à identifier les nouvelles opportunités d’investissement. Elle permet également de maîtriser les stratégies d’investissement vert et à exploiter de façon optimale les évolutions de ce marché.

Les institutions financières doivent comprendre et s’adapter aux évolutions du contexte face au changement climatique. Elles doivent prendre connaissance de l’évolution des cadres réglementaires relatives à la Loi de Transition Energétique et des dynamiques économiques du secteur énergétique. Il leur est également essentiel de comprendre les risques apportés par le changement du climat : les risques physiques, les risques de responsabilité, les risques de transition et concept des « stranded assets » etc.

Il faudra ensuite maîtriser la mise en œuvre d’une politique de finance verte, et connaître les différentes options qui peuvent se présenter aux investisseurs : identifier les stratégies d’investissement gagnantes, analyser les produits thématiques et bas carbone, et comprendre les investissements avec les « green bonds ».

Au final, la Finance verte est l’une des mesures qui pourraient vraiment encourager les investisseurs et les industriels à être plus respectueux de l’environnement. Devenir plus écologiste ne signifie pas la fin des profits, au contraire, elle ouvre la porte à de nouvelles opportunités qui ne peuvent désormais plus être ignorées.

20. décembre 2017 · Commentaires fermés sur Comment sortir du surendettement ? · Categories: Crédit

Pour construire votre maison, pour préparer la rentrée de vos enfants ou pour créer une petite entreprise, vous avez demandé un prêt auprès d’un établissement bancaire. Il se peut également que vous ayez acheté les mobiliers de votre maison à crédit ou que vous ayez utilisé votre prêt pour une quelconque raison.

Le problème dans ce genre de situation, c’est lorsque vous faites face à des problèmes dans votre vie. Il peut s’agir d’un licenciement, d’un problème de santé, de la faillite de votre société ou d’une tout autre situation qui vous empêche de travailler et donc de gagner de l’argent. Lorsque vous n’avez plus de revenus, vous pouvez difficilement rendre l’argent que vous avez emprunté…

Définition du surendettement

Lorsque vous n’avez plus la possibilité de payer vos dettes et de subvenir aux charges courantes de votre maison et votre famille, il s’agit d’un surendettement. Lorsque vous êtes dans cette situation, vous n’êtes plus capable de procéder aux remboursements des dettes auprès de vos créanciers. Une personne surendettée ne pourra plus payer ses factures, que ce soit les loyers, les impôts et même l’eau et l’électricité.

Beaucoup de gens pensent que le surendettement est causé par une mauvaise gestion de ses revenus ou bien par des dépenses superflues. En effet, c’est une des raisons subjectives qui peuvent provoquer le surendettement. Il y a aussi les addictions aux jeux et l’habitude de faire des emprunts pour régler des problèmes financiers.

Pourtant, dans la plupart des cas, le surendettement ne dépend pas de la personne qui est victime. Les raisons de cette situation sont nombreuses, mais il s’agit surtout des changements dans l’environnement économique et des problèmes familiaux. De ce fait, les dettes sont de plus en plus difficiles à payer !

Les étapes à suivre en cas de surendettement

Quel que soit le contexte dans lequel vous vous trouvez, vivre en période de surendettement est toujours difficile. Avant de chercher de l’aide, il est d’abord nécessaire que vous changiez vos habitudes pour minimiser les conséquences de la situation.

Premièrement, vous devez faire attention à la manière de gérer le budget de votre famille. Pour cela, évitez de faire des dépenses inutiles pour les choses qui ne sont pas indispensables. Vous pouvez aussi faire appel à quelqu’un pour vous aider à effectuer un budget et remettre de l’ordre dans votre situation.

Lorsque vos créanciers commencent à réclamer leurs argents, car la situation ne s’améliore pas et que vous êtes toujours dans le rouge, vous avez une autre solution. Vous pouvez faire appel à la commission de surendettement de la banque de France. Cette instance a pour rôle de gérer les situations de surendettement et de trouver des solutions aux personnes qui ont ce type de problème. Toute personne en situation de surendettement peut demander de l’aide à cet établissement. Mais, elle doit d’abord remplir certains critères :

  • Il faut que le débiteur soit de bonne foi, c’est-à-dire qu’il n’ait pas diminué ni dissimulé des informations sur lui afin de bénéficier de l’aide de la commission. Il est aussi important que la personne soit honnête et ait réellement eu l’intention de rembourser les prêts contractés.
  • Le surendettement ne doit pas être une situation voulue, c’est-à-dire que la personne ne doit pas avoir fait exprès d’être surendettée.
  • Enfin, il est important que la personne soit vraiment incapable de s’acquitter des dettes.

Par la suite, vous devez préparer un dossier de surendettement que vous devrez envoyer à la commission de surendettement. Celle-ci va examiner votre dossier afin de pouvoir vous aider ou non à mettre en place un plan de surendettement.

Préparer un dossier de surendettement

Le dossier de surendettement est un ensemble de documents que vous devez envoyer à la Banque de France pour demander de l’aide à la commission de surendettement. Il est composé en premier lieu d’un document à remplir qui est à télécharger sur le site de la Banque de France. Vous pouvez également le retirer auprès d’une agence de la Banque Centrale.

Ensuite, vous devez rassembler certains documents justificatifs ainsi qu’une lettre de surendettement. Ce dernier est un texte manuscrit ou saisi sur ordinateur qui apporte des éclaircissements sur les raisons de votre surendettement. Vous donnerez des informations sur vous, votre situation familiale et bien sûr les causes de votre situation. Si vous ne savez pas comment rédiger cette lettre, vous pouvez regarder dans un forum surendettement. Vous pouvez également faire une recherche sur internet sur un forum dossier surendettement. Vous pourrez trouver différents modèles de lettre de surendettement que vous n’aurez qu’à personnaliser.

Ensuite, vous devez envoyer ce dossier de surendettement à la Banque de France. Vous recevrez une attestation de dépôt qui vous prouvera que votre dossier est aux mains de la commission de surendettement. Celle-ci va étudier votre cas et vous envoyer une réponse sur la recevabilité de votre dossier. Vous pouvez attendre au maximum 3 mois avant de recevoir cette réponse de la banque centrale. Si le dossier est refusé, vous avez le droit de contester cette décision en envoyant une lettre au juge responsable des cas de surendettement.

Lorsque vous faites appel à la commission de surendettement, vous serez inscrit au Fichier National des Incidents de remboursement des crédits aux particuliers. De ce fait, vous n’aurez plus la possibilité de demander un nouveau crédit pour au moins 7 ans.

Les solutions de la commission face à un surendettement

Lorsque la commission de surendettement de la banque centrale accepte votre dossier, elle vous offre des solutions pour redresser votre situation. L’une d’entre elles, c’est de négocier avec vos créanciers. De cet entretien, il se peut que vous obteniez une réduction du taux d’intérêt de votre crédit ou une prolongation de la période de remboursement de votre dette.

Selon votre situation, la commission a également la possibilité de réduire le montant de vos dettes ou d’annuler définitivement celles-ci. Toutefois, cette option ne sera envisagée que si vous n’avez vraiment aucune possibilité de payer le crédit emprunté.

Si vous avez des biens ou un patrimoine suffisant, il est aussi possible que le plan de surendettement de la commission de surendettement propose de vendre ces derniers.

12. décembre 2017 · Commentaires fermés sur Le marché des camping-cars et caravanes · Categories: Marchés & secteurs

Le marché des camping-cars et caravanes est actuellement en pleine explosion, que ce soit en France ou en Allemagne, ou même aux Etats-Unis. Mais quel est l’avenir de ce secteur, et quelles sont les raisons de ce succès ? C’est ce que nous tâcherons de voir dans cet article.

L’évolution du marché des camping-cars et caravanes

Classés dans la catégorie des véhicules de loisirs, les parcs des caravanes et des camping-cars en 2016 étaient respectivement évalués à 448.430 et à 417.238 véhicules. Le nombre de camping-cars neufs immatriculés ont augmenté de 1.291 unités (soit une hausse de 14,9%), et de 54.385 unités pour ceux d’occasion (+6,6%). Les caravanes ont quant à elles compté 6.670 véhicules supplémentaires, soit 3,34% de plus que l’année précédente. Et en 2017, on continue à constater un nombre croissant de véhicules en circulation, preuve de la bonne santé de ce secteur.

En Europe, la France est le deuxième marché européen le plus important, après l’Allemagne. En effet, d’après les statistiques de la Fédération Nationale de l’Hôtellerie de Plein Air (FNHPA), la grande majorité des Français qui partent en vacances préfèrent le camping. D’ailleurs, sur les 113 millions de nuitées enregistrées en 2016, les campeurs en caravane ont représenté 26% du chiffre total. On peut facilement envisager que ces chiffres soient à la hausse pour l’année 2017, vu l’engouement croissant pour ce mode de vacances.

Une étude du Crédit Agricole révèle que les plus de 50 ans sont les plus nombreux à investir dans des caravanes et des camping-cars. En effet, ils ont en moyenne 56 ans, dont 47% d’actifs, et 48% de retraités. Vu que chaque année, la France accueille 700.000 personnes à la retraite, on peut prédire que le marché des caravanes va continuer à connaitre de beaux jours.

Pourquoi tant d’engouement pour le camping

Le tourisme en plein air est un mode de vacances de plus en plus choisi par les Français. En effet, selon les chiffres de la Fédération des Campeurs, Caravaniers et Camping-caristes, la France compterait le plus grand nombre de campings en Europe, avec 8.256 installations et 903.304 emplacements en 2016, et serait donc le premier parc en Europe, suivi de l’Allemagne et du Royaume-Uni.

Si ce secteur du tourisme connait autant de succès, c’est parce qu’il a su conserver ses valeurs initiales, à savoir la convivialité et l’amour de la nature. Partir en vacances en camping-car, c’est partir à l’aventure, découvrir de nouveaux endroits tout en gardant un confort et des repères habituels. C’est aussi faire la rencontre de nouveaux amis dans les aires de stationnement et de camping.

Actuellement, même si la majorité des campeurs et caravaniers ont plus de 50 ans, on constate un certain rajeunissement de la clientèle. De plus jeunes familles commencent à être tentées par l’aventure, et se lancent dans l’achat ou la location de camping-cars. On comprend maintenant pourquoi le marché des camping-cars et caravanes est un marché dynamique et avec un bel avenir devant lui.

Un marché parallèle également en pleine expansion

Avec le succès de la vente des camping-cars et des caravanes, un autre marché a lui aussi explosé : celui de la vente d’équipements pour camping. En effet, le véhicule n’est juste qu’un composant du camping. Pour que le séjour soit agréable, il est essentiel d’avoir les bons équipements avec soi.

Ainsi, on retrouve sur le marché différents équipements de cuisine adaptés aux caravanes et aux camping-cars, comme les réchauds, les fours ou autres appareils pouvant fonctionner sur un allume-cigare. Il existe également une large gamme de tables et de chaises pliantes confortables et faciles à transporter

.

Les sites proposant ce type d’article sont de plus en plus nombreux. Certains d’entre eux regroupent tout ce dont vous pourriez avoir besoin pour partir à l’aventure, comme le spécialiste de l’équipement Leader-loisirs par exemple. Ce genre de site dynamise vraiment le marché des camping-cars et caravanes car il permet de faire son achat beaucoup plus rapidement et facilement.

05. décembre 2017 · Commentaires fermés sur Les bons plans pour réussir un anniversaire d’entreprise · Categories: Entreprises

Votre entreprise va bientôt passer le cap de sa première année d’existence ? Ou peut-être est-ce son dixième anniversaire ? Qu’importe, un tel évènement, ça se fête ! Que vous soyez une start-up, une PME, un groupe national ou international, l’anniversaire d’entreprise est la meilleure occasion pour regrouper vos collaborateurs et vos partenaires, célébrer votre réussite et partager votre vision pour le futur. Mais pour que cet évènement soit réellement fondateur et inoubliable, nous vous conseillons de faire appel à une entreprise spécialisée dans l’événementiel.

Pourquoi organiser un anniversaire d’entreprise ?

Pour certains dirigeants, organiser une fête ou un évènement de ce genre peut être une perte de temps et d’argent. Au lieu de travailler pour atteindre un objectif, tout le monde va s’amuser et se déconnecter de ses taches. Si vous pensez comme cela et hésitez à célébrer cet anniversaire, voici des raisons valables pour organiser un évènement mémorable pour votre entreprise.

Une occasion pour renforcer les liens et stimuler vos employés

Le sentiment d’appartenance à l’entreprise et la fierté de faire partie d’une famille ou d’un groupe font parties des motivations de la plupart des employés. L’anniversaire d’entreprise est une occasion de descendre sur terrain et de faire directement connaissance avec ces derniers.

C’est également un moyen efficace pour tisser ou renforcer les liens entre les personnes travaillant dans différents services. Un moment fédérateur, car tous les employés auront au même moment le même message et pourront travailler ensemble pour atteindre l’objectif de la société. Que ce soit à l’occasion d’une fête, d’un pique-nique ou d’un autre genre d’activité, l’important, c’est de rassembler tous les acteurs de votre société.

Vous avez réalisé un chiffre d’affaires important cette année ? Vous êtes parvenu à décrocher un contrat qui vaut de l’or ? Vos produits et services ont de plus en plus de succès ? Ces réussites, vous les devez à chacun des employés de votre entreprise. C’est l’humain, donc les hommes et les femmes qui travaillent avec vous qui faites votre entreprise.

Vous pouvez profiter de l’anniversaire d’entreprise pour les remercier pour leur travail et les encourager à continuer à prendre part à la réussite de l’entreprise.

Mettre en valeur les clients et partenaires

Cet évènement n’est pas seulement fait pour vos employés, mais également pour les entreprises ou les personnes externes qui travaillent avec vous. Il peut s’agir des clients, des fournisseurs, des partenaires ou de vos bailleurs.

Certains d’entre eux peuvent avoir été présents depuis le début de votre aventure, un petit mot de remerciement ne sera pas inutile. Les clients sont ceux qui dépensent de l’argent en s’offrant vos produits ou services et qui font votre notoriété. En les remerciant de leur confiance, vous conserverez une meilleure relation pour des collaborations futures.

Le moment idéal pour communiquer

Dans votre discours, il n’y a pas que les remerciements que vous pouvez faire. Vous pouvez profiter de ce moment pour partager votre vision du futur, l’axe de développement et les objectifs à atteindre. Toutefois, sachez choisir les sujets qui seront bien accueillis par vos invités (personnels, clients et partenaires). Vous pourrez aussi citer les résultats atteints et les chiffres clés de votre entreprise.

Comment réussir l’événement d’anniversaire ?

D’abord, il est important de bien choisir la personne ou l’entreprise qui se chargera de l’organisation de cet évènement. Nous vous conseillons de contacter une entreprise spécialisée pour assurer la réussite de cet anniversaire. Vous pouvez par exemple faire appel à l’entreprise Robin Wood and Co en vous rendant sur leur site internet https://robinwoodandco.com/.

Lorsque vous avez pris contact avec l’agence événementielle, vous devez leur donner un briefing complet sur votre entreprise. Il s’agit de son histoire, les valeurs, le thème que vous souhaitez et les messages. Vous pouvez discuter ensemble de votre vision de la fête ou de l’événement (sortie, concert, spectacle…) ou bien organiser un brainstorming avec certaines personnes clés de votre entreprise. De cette façon, les organisateurs auront une idée du genre d’événement que vous souhaiterez obtenir et faciliter ses recherches de prestataire.

Pour un évènement réussi, il vaut mieux miser sur l’originalité et éviter de faire du copier-coller. Une telle fête a eu du succès et vous pensez faire de même ? La plupart des organisateurs vous le répéteront, une fête originale est toujours plus mémorable qu’une pâle copie de ce qui a déjà été fait. Demandez à ceux-ci de vous proposer des animations en accord avec votre activité, votre culture et les envies de vos invités. Par exemple, votre entreprise travaille dans le textile ? Vous pouvez organiser des ateliers de couture ou de stylisme.

Sinon, vous pouvez opter pour des animations qui feront la joie de tout le monde comme un concert avec un ou plusieurs artistes. Toutefois, éviter de cumuler les animations et les prestations afin d’éviter les problèmes. Une entreprise spécialisée dans l’événementiel saura trouver les animations qui vont ravir tout le monde. De par son expérience, elle saura définir le programme de l’évènement et éviter ou régler les accrochages qui peuvent survenir.

Enfin, il n’est jamais plaisant pour un invité de devoir attendre plusieurs minutes, voire des heures avant que l’évènement commence. Veuillez à bien recommander aux organisateurs de respecter le timing du conducteur. Il en est de même pour vous ! Ne soyez pas en retard alors que c’est à votre tour de faire un discours. Cela se répercutera sur la réputation de votre société et peut même vous créer un bad-buzz.

Un anniversaire d’entreprise quel que soit l’âge de celle-ci est une occasion à ne pas rater. C’est un moment essentiel dans la vie d’entreprise, mais c’est également un rendez-vous pour communiquer avec les collaborateurs, les clients et partenaires. Lorsque cet évènement est réussi, vous êtes assuré d’avoir une bonne publicité pour votre entreprise, de faire parler de vous en valorisant votre entreprise en parlant de votre réussite. Des salariés heureux et des clients satisfaits à l’anniversaire de votre entreprise favoriseront sûrement le recrutement de personnes talentueuses et peut-être attirer de nouveaux partenaires commerciaux.

27. novembre 2017 · Commentaires fermés sur Investir dans l’immobilier : ce qu’il faut savoir · Categories: Immobilier

L’investissement immobilier connaît de plus en plus d’intérêts auprès des investisseurs, particuliers et entreprises. Que ce soit dans le but d’avoir une retraite dorée, pour agrandir son patrimoine ou avoir des revenus complémentaires en vue d’obtenir une indépendance financière, l’investissement dans l’immobilier est un actif qui génère beaucoup de rendement sans pour autant présenter de nombreux risques.

Pourquoi l’investissement immobilier a-t-il du succès ?

Vous avez des hésitations quant au fait d’investir ou non dans l’immobilier ? Sachez que ce marché est aujourd’hui en pleine expansion. Le prix de l’immobilier en France a été très attractif pour les acquéreurs de bien neuf ces dernières années. Bien que le marché de l’immobilier en général a subi une hausse, il semble que les investisseurs sont toujours prêts à injecter leurs capitaux dans cet actif. La facilité d’obtention des crédits et l’attractivité des taux sur les prêts pour les logements en sont en grosse partie responsables.

L’achat de bien immobilier est pour la plupart du temps destiné à la location, pour générer des revenus pour l’investisseur. Pour éviter de vous faire avoir dans ce genre de démarche et pour ne pas perdre de temps, vous pouvez suivre des formations de qualité sur le sujet sur le site
http://formation-avis.com.

investissement immobilier

L’investissement locatif, comment ça marche ?

investissement immobilierIl s’agit du fait de chercher un bien immobilier (maison, appartement, résidence…), de financer l’achat de ce dernier, de trouver des locataires, de gérer ce bien pendant une certaine durée. Puis, il vous appartient de refaire le processus pour obtenir un autre bien.

Pour trouver le financement nécessaire à l’achat dans l’immobilier, il est aujourd’hui possible de faire des emprunts à des taux avantageux. Les loyers que vous percevrez par la suite pourront couvrir les intérêts et les mensualités.

Toutefois, il y a des précautions à prendre avant de faire un investissement locatif et ne pas se faire prendre par les pièges du marché. D’abord, il s’agit de rester prudent et réfléchir longuement sur le bien qui vous intéresse avant d’entamer la procédure d’achat. Nous vous proposons par exemple d’éviter les biens qui sont situés trop près des transports ou des commerces. Mais il est important que ce soit une zone facile d’accès qui sera intéressante pour les locataires. Lorsque vous investissez dans les banlieues, nous vous conseillons de chercher les résidences ou les grandes maisons pouvant accueillir des familles. Sachez que l’emplacement du bien est un facteur primordial pour réussir la vente par la suite.

Les avantages de l’investissement immobilier

Investir dans un bien à louer vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôts selon le dispositif Pinel. Votreengagement peut durer 6, 9 ou 12 ans et la réduction d’impôts atteindre 12, 18 ou 21 % du prix du bien acheté. En revanche, ces privilèges ne sont obtenus que si le loyer respecte le plafond de ressources des occupants, variable selon la surface et la location du bien.

Pour ce qui est des biens d’occasion, vous pourrez jouir du statut fiscal d’un loueur meublé et bénéficier d’un abattement à l’achat de 20 à 30 %. Vérifiez quand même les travaux à faire avant de valider votre achat.

02. novembre 2017 · Commentaires fermés sur Tout savoir sur la CSG · Categories: Impots & fiscalité

La CSG ou Contribution Sociale Généralisée est un impôt destiné à financer la protection sociale. Elle a été instaurée le 28 décembre 1990 dans la loi de finances 1991. Avant l’apparition e la CSG, le financement de la protection sociale était principalement dépendant des cotisations sociales. A l’époque, seul les salariés étaient assujettis ce qui alourdissait le cout du travail, causant diverses contestations.

A qui est prélevée la CSG ?

La CSG est prélevée sur tous les revenus des individus habitant en France. Ces revenus sont :

– Les revenus d’activité : salaires, indemnités, primes, bénéfices industriels, bénéfices commerciaux, bénéfices agricoles, etc.

– Les revenus de remplacement : allocations chômage, pension de retraite, indemnités journalières de sécurité sociale, pension d’invalidité, etc.

– Les revenus du patrimoine : revenus fonciers, rentes viagères, etc.

– Les revenus de placement : plus-values immobilières, dividendes, revenus mobiliers, etc.

– Les revenus de jeux

Le taux de la CSG

La CSG présente des taux différents pour chaque type de revenu. Ces taux sont également susceptibles de modifications selon les années et les gouvernements. Voici les différents taux appliqués en 2017.

– Revenus d’activité : 7,5 %

– Pensions de retraite : 6,6 %

– Allocation de préretraite : 7,5 % ou 6,6 % si la prise d’effet a été avant le 11 Octobre 2007.

– Allocations chômage : 6,2 %

– Pension d’invalidité : 6,6 %

– Indemnités journalières de sécurité sociale (IJSS) : 6,2 %

– Revenus du patrimoine : 8,2 %

– Revenus de placement : 8,2 %

– Revenus de jeux : 9,5 %

Les réductions et les exonérations

Malgré le caractère généralisé de la CSG, certaines réductions sont applicables dans certains cas. Un taux réduit de 3,8 % dans une certaine fourchette du revenu fiscal de l’année précédente s’applique pour la pension de retraite, l’allocation de préretraite, l’allocation de chômage, la pension d’invalidité et les indemnités journalières de sécurité sociale. Les montants plafonds et planchers de cette fourchette sont définis en fonction du nombre de quotient familial auquel a droit l’individu.

Dans tous les cas, si le revenu fiscal de l’individu au cours de l’année précédente n’atteint même pas la valeur minimum de cette fourchette, la personne est exonérée de la CSG.

En conclusion, la CSG est un impôt créé suite à la nécessité de diversifier le financement de la protection sociale en le généralisant sur l’ensemble des habitants de la France. Seules des revenus nettement insuffisants peuvent faire l’objet d’une exception.

29. octobre 2017 · Commentaires fermés sur Comment financer vos obsèques ? · Categories: Budget

Les faits parlent d’eux-mêmes : si l’UFC surveille de près le prix demandé par les services de pompes funèbres, c’est parce que les tarifs qu’ils proposent atteignent parfois des sommets inimaginables. Aujourd’hui, le tarif hors caveau et concession est estimé en moyenne à 3350 euros, un prix qui va en s’augmentant de 8 % tous les 3 ans.

Souscrire une assurance décès pour financer vos obsèques

Compte tenu du coût des obsèques revu sans cesse à la hausse, l’idéal serait de contracter une assurance décès ou des contrats d’obsèques. Si tel est le cas, il appartiendra à la maison d’assurance de prendre en charge totalement ou partiellement les frais occasionnés en fonction du type de contrat souscrit.

Si vous optez pour un contrat d’obsèques, sachez qu’il ne s’adresse qu’aux personnes ayant moins de 75 ans. Si les modalités de cotisation sont très souples, il faudra tenir compte du fait que le contrat n’agira que si le décès survient à partir de la 3e année de souscription. Néanmoins, vous aurez le contrôle absolu sur vos cérémonies funéraires, de votre mise en bière jusqu’au monument funéraire.

Si le concept de préfinancement des funérailles semblait morbide au début de son lancement, il a convaincu les Français qui sont aujourd’hui à plus de 5 millions à avoir souscrit un contrat d’obsèques. Il faut croire que l’on ne souhaite plus ajouter une charge supplémentaire aux proches qui n’auront plus qu’à faire leur deuil sans se soucier des dépenses.

Les apports de la retraite et de la mutuelle

Que vous ayez travaillé dans le service public ou privé, vous pouvez puiser dans votre pension de retraite pour financer vos obsèques. De même, ceux qui ont contracté une mutuelle complète sont en droit d’exiger le versement d’un capital à leurs proches. Cette somme peut être utilisée pour financer totalement ou partiellement les services funéraires.

Certes, pour débloquer ce capital, il faudra publier l’avis de décès, en faire part à l’employeur et à la mutuelle et fournir quelques pièces justificatives. Cela peut prendre un certain temps, par conséquent, il faudra que les proches payent à l’avance les frais et se fassent rembourser à la réception de la somme due.

Des conseils pour réduire les dépenses

Dorénavant, le concept de low cost s’invite jusque dans les services de pompes funèbres. Dans le cas où vous ne souhaitez pas y faire passer l’économie de toute une vie, deux choix s’offrent à vous. Soit vous optez pour un service funéraire proposant des prix relativement bas comme France Tombale, soit vous adhérez au low cost et organisez vos funérailles pour moins de 1400 euros.

Si vous êtes une âme préventive ou que vous devez tout simplement organiser les obsèques d’un proche, trouvez des conseils sur le site de 20 minutes. Vous y aurez une idée précise des dépenses à prévoir et des pièges à éviter tout au long des procédures administratives et techniques. Le site vous propose également des conseils pour financer vos obsèques préalablement, surtout si vous ne tenez pas à ajouter un fardeau supplémentaire à vos proches au moment de votre décès.

11. octobre 2017 · Commentaires fermés sur Découvrez Neuroprofiler, serious game pour les conseillers financiers · Categories: Banque

Neuroproflier est un jeu comportemental (serious game) qui permet aux conseillers financiers d’évaluer le profil de leurs clients qui sont des investisseurs. Neuroprofiler a été crée assez récemment (en 2016) par Tiphaine Saltini et Julien Rivelle qui ont eu le génie de rénover la méthode d’évaluation comportementale dans le monde de la finance mais aussi des entreprises.

1- Origine du Neuroprofiler

Depuis les nombreuses crises (financières, économiques) qui ont eu lieu ces dernières années, il est à présent exigé pour les conseillers financiers de faire des évaluations de profil de risque de leurs clients. Auparavant, les tests d’évaluation consistaient seulement à un remplissage de questionnaire sur papier dont l’efficacité reste encore à prouver, vu que ces paperasses, dans la plupart des cas, n’avaient pas de base scientifique dans leurs élaborations. Afin de répondre aux exigences de la MiFID II (Markets in Financial Instruments Directives) qui veut un questionnaire dont les résultats garantiront une meilleure protection des investisseurs, Neuroprofiler a été inventé.

Basé sur les dernières recherches en finance comportementale, Neuroprofiler transforme toutes ces contraintes réglementaires en un atout pour le conseiller financier. C’est un jeu qui ne dure pas longtemps et qui permet au conseiller financier d’évaluer avec beaucoup de précision le profil investisseur de son client.

Adoptant un algorithme mélangeant de nombreux profils client différents avec un ensemble d’informations sur la psychologie et les préférences d’investissement du client, Neuroprofiler dépasse même les exigences de l’Union Européenne de contraindre les conseillers à une simple évaluation du profil de risque de leurs clients car il s’appuie en effet sur des théories de la finance comportementale permettant d’optimiser les activités dans le domaine de la finance.

2- Un précieux outil

Neuroprofiler se charge de l’ensemble du processus d’évaluation du profil de risque du client. Le traitement des données est instantané et le profil du client est automatiquement sauvegardé sur la plateforme du conseiller. Ce dernier peut facilement mettre à jour le profil de son client et contrôler son évolution au fil du temps.

Le conseiller a également accès à des outils lui donnant la possibilité de comprendre les données scientifiques d’où provient le profil de risque de son client. Le conseiller possède donc tous les éléments pour appréhender avec efficacité le comportement de son client, et donc pour lui suggérer les services et les produits les plus adéquats. Neuroprofiler innove ainsi le profilage de risque, en offrant aux gestionnaires une solution à leurs problèmes de conformité et un instrument de personnalisation des services.

3- Vers une généralisation du Neuroprofiler

Malgré sa récente création, Neuroproflier est déjà opérationnel et disponible sur le marché. Les principaux clients sont les Conseillers financiers indépendants, les Institutions financières, les Robo-advisors et e-Banking. Actuellement, la majorité des utilisateurs sont des personnes ou des entreprises de l’Union Européenne.

Cependant, avec la globalisation des contraintes sur l’évaluation de profil investisseurs qui touche de nos jours 80% des pays industrialisés, les dirigeants projettent de développer Neuroprofiler à l’international, et de le faire connaître à tous les conseillers financiers (indépendants ou salariés) pour la digitalisation et la transformation du monde financier. Et ainsi améliorer la régulation des marchés financiers.