27. novembre 2017 · Commentaires fermés sur Investir dans l’immobilier : ce qu’il faut savoir · Categories: Immobilier

L’investissement immobilier connaît de plus en plus d’intérêts auprès des investisseurs, particuliers et entreprises. Que ce soit dans le but d’avoir une retraite dorée, pour agrandir son patrimoine ou avoir des revenus complémentaires en vue d’obtenir une indépendance financière, l’investissement dans l’immobilier est un actif qui génère beaucoup de rendement sans pour autant présenter de nombreux risques.

Pourquoi l’investissement immobilier a-t-il du succès ?

Vous avez des hésitations quant au fait d’investir ou non dans l’immobilier ? Sachez que ce marché est aujourd’hui en pleine expansion. Le prix de l’immobilier en France a été très attractif pour les acquéreurs de bien neuf ces dernières années. Bien que le marché de l’immobilier en général a subi une hausse, il semble que les investisseurs sont toujours prêts à injecter leurs capitaux dans cet actif. La facilité d’obtention des crédits et l’attractivité des taux sur les prêts pour les logements en sont en grosse partie responsables.

L’achat de bien immobilier est pour la plupart du temps destiné à la location, pour générer des revenus pour l’investisseur. Pour éviter de vous faire avoir dans ce genre de démarche et pour ne pas perdre de temps, vous pouvez suivre des formations de qualité sur le sujet sur le site
http://formation-avis.com.

investissement immobilier

L’investissement locatif, comment ça marche ?

investissement immobilierIl s’agit du fait de chercher un bien immobilier (maison, appartement, résidence…), de financer l’achat de ce dernier, de trouver des locataires, de gérer ce bien pendant une certaine durée. Puis, il vous appartient de refaire le processus pour obtenir un autre bien.

Pour trouver le financement nécessaire à l’achat dans l’immobilier, il est aujourd’hui possible de faire des emprunts à des taux avantageux. Les loyers que vous percevrez par la suite pourront couvrir les intérêts et les mensualités.

Toutefois, il y a des précautions à prendre avant de faire un investissement locatif et ne pas se faire prendre par les pièges du marché. D’abord, il s’agit de rester prudent et réfléchir longuement sur le bien qui vous intéresse avant d’entamer la procédure d’achat. Nous vous proposons par exemple d’éviter les biens qui sont situés trop près des transports ou des commerces. Mais il est important que ce soit une zone facile d’accès qui sera intéressante pour les locataires. Lorsque vous investissez dans les banlieues, nous vous conseillons de chercher les résidences ou les grandes maisons pouvant accueillir des familles. Sachez que l’emplacement du bien est un facteur primordial pour réussir la vente par la suite.

Les avantages de l’investissement immobilier

Investir dans un bien à louer vous permettra de bénéficier d’une réduction d’impôts selon le dispositif Pinel. Votreengagement peut durer 6, 9 ou 12 ans et la réduction d’impôts atteindre 12, 18 ou 21 % du prix du bien acheté. En revanche, ces privilèges ne sont obtenus que si le loyer respecte le plafond de ressources des occupants, variable selon la surface et la location du bien.

Pour ce qui est des biens d’occasion, vous pourrez jouir du statut fiscal d’un loueur meublé et bénéficier d’un abattement à l’achat de 20 à 30 %. Vérifiez quand même les travaux à faire avant de valider votre achat.

02. novembre 2017 · Commentaires fermés sur Tout savoir sur la CSG · Categories: Impots & fiscalité

La CSG ou Contribution Sociale Généralisée est un impôt destiné à financer la protection sociale. Elle a été instaurée le 28 décembre 1990 dans la loi de finances 1991. Avant l’apparition e la CSG, le financement de la protection sociale était principalement dépendant des cotisations sociales. A l’époque, seul les salariés étaient assujettis ce qui alourdissait le cout du travail, causant diverses contestations.

A qui est prélevée la CSG ?

La CSG est prélevée sur tous les revenus des individus habitant en France. Ces revenus sont :

– Les revenus d’activité : salaires, indemnités, primes, bénéfices industriels, bénéfices commerciaux, bénéfices agricoles, etc.

– Les revenus de remplacement : allocations chômage, pension de retraite, indemnités journalières de sécurité sociale, pension d’invalidité, etc.

– Les revenus du patrimoine : revenus fonciers, rentes viagères, etc.

– Les revenus de placement : plus-values immobilières, dividendes, revenus mobiliers, etc.

– Les revenus de jeux

Le taux de la CSG

La CSG présente des taux différents pour chaque type de revenu. Ces taux sont également susceptibles de modifications selon les années et les gouvernements. Voici les différents taux appliqués en 2017.

– Revenus d’activité : 7,5 %

– Pensions de retraite : 6,6 %

– Allocation de préretraite : 7,5 % ou 6,6 % si la prise d’effet a été avant le 11 Octobre 2007.

– Allocations chômage : 6,2 %

– Pension d’invalidité : 6,6 %

– Indemnités journalières de sécurité sociale (IJSS) : 6,2 %

– Revenus du patrimoine : 8,2 %

– Revenus de placement : 8,2 %

– Revenus de jeux : 9,5 %

Les réductions et les exonérations

Malgré le caractère généralisé de la CSG, certaines réductions sont applicables dans certains cas. Un taux réduit de 3,8 % dans une certaine fourchette du revenu fiscal de l’année précédente s’applique pour la pension de retraite, l’allocation de préretraite, l’allocation de chômage, la pension d’invalidité et les indemnités journalières de sécurité sociale. Les montants plafonds et planchers de cette fourchette sont définis en fonction du nombre de quotient familial auquel a droit l’individu.

Dans tous les cas, si le revenu fiscal de l’individu au cours de l’année précédente n’atteint même pas la valeur minimum de cette fourchette, la personne est exonérée de la CSG.

En conclusion, la CSG est un impôt créé suite à la nécessité de diversifier le financement de la protection sociale en le généralisant sur l’ensemble des habitants de la France. Seules des revenus nettement insuffisants peuvent faire l’objet d’une exception.