23. décembre 2016 · Commentaires fermés sur Les robots vont-ils envahir la finance ? · Categories: Général

L’informatique cognitive dispose de nombreux avantages par rapport aux institutions financières. Cependant, beaucoup d’organisations, telles que les organisations syndicales s’inquiètent qu’un jour les robots prennent la place des salariés.

La présence d’un service robotisé pour certains assureurs

La présence des robots dans les institutions bancaires et des compagnies d’assurance est redoutable. Bien que la quatrième révolution industrielle ne soit pas encore là, elle fait son entrée avec quelques balbutiements et les logiciels autoapprenants, qui prennent déjà la place des conseillers clientèles dans ces grandes entités financières françaises.

Pour le cas de Natixis Assurances, elle se fie par exemple à la start-up Owi pour mieux l’aider dans la gestion du flux massif d’e-mails envoyés aux conseillers. Le robot prend en charge le mail en le lisant et effectue par la suite une analyse sémantique avant de réaliser les degrés de priorité selon le terme utilisé par le client. Il établit ensuite des réponses qui seront utilisés par le commercial pour répondre aux demandes de l’assuré. Le robot sait très bien assurer ces tâches car il a acquis trois mois de formation initiale, au cours de laquelle il faisait face à plus de 10.000 mails, qui lui ont appris le langage de la clientèle.

Vient après l’intérêt de l’intelligence artificielle qui consiste à l’utilisation des logiciels, pour répondre aux clients. De ce fait, les réactions du robot se rapprochent un peu plus de celles des vrais conseillers. Par contre, le Crédit Mutuel –CIC se sert de Watson, qui est le système d’intelligence artificielle d’IBM. Ce dernier est un assistant virtuel épargne et assurance, capable de répondre de façon immédiate aux questions répétitives des clients.

La robotisation, pour un service rapide

La présence des robots est cruciale dans certains départements risques et conformité des banques. Dans ces institutions, les logiciels intelligents sont utiles voire nécessaires pour ingérer les normes réglementaires qui se développent constamment. Aussi, la robotisation des tâches administratives faciles à réaliser continue à la fois à prendre du terrain dans les back-offices. Pour cela, chez Naxitis Assurances, l’annulation des contrats d’assurance et habitation, qui est possible à réaliser depuis l’instauration de la loi Hamon, a été cédée à un robot. Ce dernier réalise en effet une résiliation de 500 à 600 contrats en une nuit, qui correspond à 6 jours de travail pour un salarié.

L’essor de la révolution robotisée

Les banquiers et les assureurs sont rassurés sur le fait que les robots vont satisfaire leur besoin de recrutement, mais pas pour supprimer l’emploi. Ils permettront de recruter plus de salariés à fort potentiel selon un assureur. Un dirigeant d’une grande banque mutualiste affirme également que les conseillers ne sont pas des robots et que le phénomène dit « robot mode » ne nous affecte pas encore. Il ajoute aussi que c’est inconcevable de penser qu’un robot puisse disposer de l’empathie et de la pertinence que témoigne un conseiller clientèle. Cependant, les robots apparaissent dans le monde de la finance, surtout dans le domaine des conseils et de l’accueil, avec les « chatbots », voire même dans les agences de banques japonaises, sous forme de robots humanoïdes qui font attendre les clients.

17. décembre 2016 · Commentaires fermés sur Le marché du portage salarial · Categories: Marchés & secteurs

Actuellement, le portage salarial connaît son essor à travers le monde. Étant un marché très porteur, il met un point sur la promotion de l’auto-entreprise et des missions en freelance. En effet, c’est une solution pratique et efficace, qui permet aux salariés de reprendre une activité par mission. C’est un peu comme s’ils créaient une société mais sans avoir la peine d’en créer. Mais pour s’y lancer, il est recommandé de trouver une société de portage salarial fiable, membre de l’UNEPS.

Qu’est-ce que le portage salarial ?

Le portage salarial est une solution efficace, qui permet à tout un chacun de travailler à son compte, ainsi d’être son propre patron. À cela, il a pour rôle de facturer ses missions tout en étant un salarié. Il s’agit d’une solution fiable et sécurisante, avec de nombreux avantages et inconvénients, sous le statut de freelancer. En effet, le portage salarial est innovant et permet d’associer à la fois une activité sous le statut d’indépendant, sans lâcher les avantages et la sécurité qu’offrent un régime de salarié. Un individu qui se lance dans le domaine a pour rôle de se trouver une mission et par la suite de la réaliser.

Avec une forte croissance depuis plus d’une dizaine d’année, cette solution s’offre à toutes les personnes qui veulent être indépendantes. Actuellement, nombreux sont ceux qui s’y lancent, tels que les entrepreneurs, les indépendants, les femmes aux foyers, les étudiants, les retraités voire même les jeunes diplômés.

Comment se déroule le portage salarial ?

De nombreuses étapes sont cruciales quand on se décide de se lancer dans le portage salarial. Pour cela, le professionnel doit avant tout trouver une société de portage salarial qui lui est fiable pour ensuite passer à l’étape de la prospection et de la négociation commerciale. Cette phase veille à ce que le professionnel trouve une quelconque entreprise qui lui confère une mission avec les honoraires, les frais, les délais, la prestation et les objectifs qui conviennent aux deux parties. L’étape suivante exige au professionnel de se retourner vers la société qu’il a choisi, tout en lui faisant part du contrat de prestation ainsi que des éléments de la négociation. La société de portage salarial signe ensuite un contrat de travail et un contrat de prestation avec l’entreprise concernée, et la mission sera menée par le professionnel en question.

La réalisation de la mission vient par la suite. Le professionnel s’assure de réaliser la tâche selon les consignes imposées et définies dans le cahier de charges initial. Il a pour rôle de tenir informer la société de portage salarial qu’il a choisi de l’avancement du projet. Cependant, cette dernière se charge de toute l’interface administrative qui se rapporte à la mission, telle que le référencement, la facturation, le contrat et même le recouvrement. Elle s’occupe également de la gestion salariale du porté. Une fois la mission terminée, la société de portage réalise vraiment que le contrat est terminé et verse son solde au professionnel. À cet effet, une société de portage salarial, comme le cas de RH Solutions veille non seulement à l’accompagnement du professionnel, mais aussi au pilotage de sa mission et de son salaire.

12. décembre 2016 · Commentaires fermés sur Le marché de l’hébergement web · Categories: Marchés & secteurs

Du succès flagrant d’Internet ces dernières années naissent les ventes en ligne et le e-commerce, des plateformes qui se multiplient de plus en plus. Même si les entreprises possèdent déjà leurs propres sites web, elles préfèrent également miser sur la côte de popularité de ces plateformes qui portent également le nom d’hébergement web. La concurrence est rude sur ce marché, cela explique sans doute la légère décadence du secteur au début des années 2000. Toutefois, les relances sont bien entreprises, car le marché est plus florissant que jamais à l’aube de 2017.

hebergeur

Qui sont les hébergeurs de site ?

Il faut comprendre que le phénomène autour de l’hébergement web agit au niveau mondial. Dans les 4 coins du globe, les hébergeurs se multiplient, mais quelques-uns se démarquent nettement du lot. Comme toujours, les Américains tiennent la première place avec le multinational GoDaddy qui retient 4,65 % du marché. En deuxième position, nous avons le groupe allemand 1& 1 qui est l’une des filiales du Groupe United Internet. À lui seul, il détient 4,28 % du marché en 2016. Derrière lui, le groupe allemand Strato acquiert 2,3 % du marché de l’hébergement. De leur côté, Amazon web services et OVH se disputent la quatrième place avec une part d’occupation respective de 2,14 % et 2,05 %.

Une concurrence très accrue

Parce que les hébergeurs cherchent à développer leurs portefeuilles clients, aujourd’hui plus que jamais, chacun tente d’apporter une valeur ajoutée à ses prestations. Si d’autres misent sur une facturation concurrentielle des offres, d’autres investissent dans l’amélioration des fonctionnalités et de la visibilité. Quoi qu’il en soit, les géants s’affirment et campent sur leurs positions tandis que les nouveaux venus s’insinuent pour chercher à acquérir une part de ce marché très rentable.

Le marché de l’hébergement web en France

Dans l’Hexagone, comme dans le monde entier, la fièvre autour de l’hébergement web s’empare des multinationaux. Actuellement, ce marché est principalement dominé par OVH en France. Leader dans le pays et dans toute l’Europe, il bénéficie d’une grande notoriété qui attire les entreprises qui veulent acquérir plus de clients. De leur côté, les concurrents commencent à se faufiler en force pour se frayer un chemin jusqu’au succès. La preuve, des spécialistes de Magento enchainent les offres flamboyantes et les prestations de qualité pour séduire de plus en plus d’entreprises.

À l’heure actuelle, Magento compte pas moins d’une centaine de partenaires hébergés dans son site. Qui plus est, la récente fusion avec CMS Drupal le place en bonne position en France.